PUB

Le directeur du Système d’information et du patrimoine à la Radiodiffusion télévision sénégalaise (Rts), Boubou Daouda Sall, invite les producteurs sénégalais à explorer le marché chinois en doublant leurs meilleures productions pour les proposer au public chinois.



«En termes de production, il serait bien quand même que nos meilleures productions soient traduites en chinois et partagées avec le Peuple chinois. Tout le temps, nous recevons des programmes venant de la Chine. Mais nous allons aussi nous atteler à faire des programmes traduits en chinois que nous mettrons à la disposition de Citvc. Il faut que ça aille dans les deux sens», a fait savoir hier M.Sall au cours de la cérémonie de lancement de cette série télévisuelle, Ebola, notre combat, dont les premiers épisodes ont été projetés hier au Grand Théâtre Doudou Ndiaye Coumba Rose. «La Chine est un très grand marché» qui, selon lui, «donnerait aussi beaucoup d’opportunités à nos acteurs culturels». «Nos produits cinématographiques pourront se vendre en Chine et aussi dans les pays asiatiques. Il faut que nous explorions ce marché encore vierge», insiste M Sall. Fatou Kiné Séne, présidente de l’Association sénégalaise de la critique cinématographique, ne dira pas autre chose. «Il y a eu des séries qu’on a appréciées, qui ont été diffusées sur la Rts1 et qui ont permis de savoir qu’on partage beaucoup de choses socialement, culturellement, avec la Chine.

On sait que dans le passé,il y’a eu des comédiens sénégalais qui ont été formés en Chine. On serait heureux de voir ce partenariat se renforcer et que les films chinois soient doublés ici au Sénégal, par des comédiens sénégalais. Et que les films sénégalais soient montrés en Chine et doublés par des comédiens chinois», appuie-t-elle.

PUB