PUB

De Ziguinchor, Ousmane Sonko a pris la parole pour appeler la population «à la résistance».

La décision du Conseil constitutionnel sera déterminante sur l’avenir immédiat du Sénégal. Ousmane Sonko, qui craint comme ses alliés des manœuvres pour écarter Yewwi, alors que Benno n’est pas inquiétée, prévient. «Nous nous acheminons vers un moment, une période cruciale pour l’avenir de ce pays. Ce qui se dessine interpelle chacun de nous. Au-delà des leaders et militants,  chaque Sénégalais doit se sentir concerné par ce qui se joue actuellement,parce qu’il est clair que,peu importe la décision prise,cela impactera inévitablement sur notre survie à tous durant les années à venir», déclare t-il.
Poursuivant, Ousmane Sonko affirme qu’en réalité, le Président Macky Sall et son administration ont décidé d’éliminer Yewwi AskanWi de ces élections législatives. A l’en croire, le Président Sall se base sur les résultats d’un sondage qui place Yewwi bien avant Benno Bokk Yakaar. «Il sait que si les élections se déroulent normalement, surtout avec l’entente scellée avec la coalition Wallu Sénégal, sa liste Benno n’y verraque du feu», renseigne-t-il.
Citantcommissaire Abdou Aziz Sarr, M. Niang et commissaire Ndiaye, la tête de liste de Yewwi Askan Wi affirme que ces derniers sont chargés d’exécuter le plan du Président Macky Sall. Pour Ousmane Sonko, le ministre de l’Intérieur aussi jouera sa partition dans l’histoire, mais cela ne l’étonne guère.«Est-ce que nous devons le laisser perpétuer encore une fois ses forfaitures ? Dequel droit Macky Sall peut-il nous imposer sa liste invalidée par la loi pour non-respect de la parité alors que d’autres listes ont été rejetées pour le même motif ?», tonne Sonko.

«Nous voulons 200.000 personnes prêtes à exécuter les décisions prises»

Le leader de Pastef de couper court à toute supputation concernant un éventuel deal entre Yewwi et Benno pour la recherche d’un compromis.«Ceux qui parlent de trouver un terrain d’entente ont tort», lâche-t-il.Pour Ousmane Sonko, la seule question qui vaille maintenant, c’est est-ce que les Sénégalais vont regarder le Président Sall aller seul aux élections, les gagner, installer une majorité à l’Assemblée et demander un troisième mandat ?
Appelant les Sénégalais à la résistance, le maire de Ziguinchor veut avoir plus de 200.000 personnes, militants, sympathisants et même leSénégalais lambda,engagés à prendre part à leur assemblée générale dont la date sera communiquéeprochainement. «Nous allons nous poser et prendre des résolutions. La décision finale sera appliquée. Si c’est aller déloger le Président Macky Sall au palais nous le ferons, peu importe ce que cela puisse nous coûter. Nous avons dépassé le temps des pourparlers», assure-t-il.

Poursuivant, le leader de Pastef soutient : «ils vont m’accuserd’avoir appelé à l’insurrection, eh bien je l’assume entièrement. Que la jeunesse se mobilise, cette forfaiture ne doit pas passer. Que chacun prenne ses responsabilités», affirme Sonko selon qui, si les Sénégalais acceptent de voir Yewwi AskanWi écartée de ces élections, lui ira s’installer tranquillement à Ziguinchor s’occuper de ses fonctions de maire.

 

PUB