PUB

Les Nations Unies (ONU) renseignent que les 49 militaires ivoiriens arrêtés au Mali ne font pas partie de l’un des contingents de la Minusma.

 


 

Suite et pas fin de l’affaire des 49 soldats ivoiriens arrêtés lundi dernier, à l’Aéroport international de Bamako. L’ONU et Abidjan se renvoient la balle sur cette bizarrerie autour d’un contingent. En effet, d’après le directeur adjoint de la Communication et porte-parole aux Nations Unies (ONU), Olivier Salgado, ces derniers ne font pas partie de l’un des contingents de la MINUSMA. En effet, d’après lui, ils sont déployés depuis plusieurs années au Mali dans le cadre d’un appui logistique pour le compte d’un des contingents du NSE. Toujours selon lui, leur relève du 10 juillet dernier aurait été préalablement communiquée aux autorités nationales Maliennes, par correspondance n° 3640 en date du 05 juillet, et avait pour objet « relève du 7e détachement de NSE au Mali ». Les Éléments Nationaux de Soutien (NSE) sont des effectifs nationaux déployés par les pays contributeurs de troupes, en soutien à leurs contingents. Il s’agit d’une pratique communément appliquée dans les Missions de maintien de la paix, avait écrit notre source. Ainsi, informe-t-il, ils ne sont pas comptabilisés dans les effectifs de la MINUSMA. Selon le directeur adjoint de la Communication et Porte-parole aux Nations Unies (ONU), Olivier Salgado, « les relèves des contingents de la MINUSMA sont planifiées et s’effectuent en accord avec les autorités maliennes. Nous œuvrons à ce que les relèves de contingents originaires d’Afrique de l’Ouest, qui accusent un retard du fait de l’absence des autorisations requises, puissent intervenir au plus tôt », informe-t-il.

 

Assimi Goïta a câblé Guterres

Mais contre toute attente, l’Onu  s’en mêle désavouant le Président ivoirien et Olivier Salgado. L’Onu déclare que ces militaires ivoiriens n’ont pas le statut d’éléments Nationaux de Soutien (NSE). Alors que le Conseil national de sécurité, réuni sous la présidence du Président Alassane Ouattara, a écrit noir sur blanc que « ces militaires sont régulièrement inscrits dans l’effectif de l’Armée ivoirienne et se trouvaient au Mali dans le cadre des opérations des Eléments Nationaux de Soutien (NSE) », l’Organisation des Nations Unies (Onu) qui a dépêché des enquêteurs sur place affirme ce mercredi être sûre que ces hommes n’ont pas le statut de NSE. En effet,  il est impossible pour l’ONU de déterminer dans quel cadre ces soldats ont été dépêchés à Bamako ni leurs liens contractuels avec la société Sahel Aviation Services (SAS) qui est censée les embaucher. Ce qui voudrait donc dire que les armes du contingent transportées dans un second avion n’auraient jamais été autorisées par les Nations Unies.

Voilà qui risque d’installer une énorme confusion dans l’esprit de la plupart des diplomates des pays concernés par cette affaire.  Le Président de la Transition, le Colonel Assimi Goita s’est entretenu au téléphone avec le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres. Il lui a demandé de veiller à ce que les pays partenaires de l’organisation internationale respectent la souveraineté du Mali.

Lundi dernier, un communiqué du porte-parole du gouvernement malien annonçait dans un communiqué qu’après une enquête aboutie, les soldats arrêtés vont être livrés à la justice malienne.

A signaler que la Côte d’Ivoire a demandé avant-hier mardi au Mali de libérer « sans délai » ses 49 militaires interpellés « injustement » dimanche à l’aéroport de Bamako et accusés par les autorités de ce pays d’être des « mercenaires ». ‘’Aucun militaire ivoirien de ce contingent n’était en possession d’armes et de munitions de guerre », indique un communiqué de la présidence ivoirienne publié à l’issue d’un Conseil national de sécurité (CNS) extraordinaire.

En tout cas, la réaction de l’Onu jette un peu plus le doute sur les vraies raisons de la présence de ces 49 soldats Ivoiriens sur le sol Malien.

PUB