PUB
Au total, 20 jeunes femmes et des migrants de retour dans la région de Louga ont été formés, jeudi, à l’entreprenariat à l’initiative du projet Defi-archipelago, a constaté l’APS.
Ce projet est une initiative Euro-africaine pilotée par les chambres de commerce membres de la Conférence permanente des chambres consulaires africaines et francophones. Il est présent dans 12 pays sahéliens.
Au Sénégal, quatre chambres de commerce sont concernées : Louga, Diourbel, Dakar et Kolda, le tout pour un coût global de 345 millions de Francs CFA.
L’objectif du projet est de ’’lutter contre l’émigration clandestine et promouvoir l’employabilité des jeunes à travers l’identification de métiers porteurs pour que ces jeunes reçoivent des formations et aider les migrants de retour à avoir un métier’’, a dit son coordonnateur Abdoul Aziz Sabaly.
Il a précisé qu’une faveur est faite aux femmes qui constituent 40% des bénéficiaires du projet.
’’L’objectif de cette session est de former 20 jeunes à l’entreprenariat pour créer une entreprise, comment la gérer et comment la développer. Deux autres sessions de formation sont retenues : une sur le métier du pavage, et une autre sur les métiers du briquetier et vont concerner 60 jeunes pour la région de Louga’’, a-t-il dit.
Ces séries de formations se dérouleront en dual, école-entreprise.

’’Les bénéficiaires effectueront un certain nombre de jours en cours et ensuite ils iront en entreprise pour pratiquer ce qu’ils ont appris’’, a expliqué Abdoul Aziz Sabaly.

’’C’est un privilège pour nous d’avoir été choisis pour participer à cette formation. Grâce à elle, nous sommes maintenant outillés pour créer à l’avenir notre propre entreprise. Mais surtout, c’est une initiative qui va inciter les jeunes à rester dans leurs pays et à travailler’’, a dit Khady Dieng, une des bénéficiaires.
PUB