PUB

Face aux vives tensions à l’approche des législatives du 31 juillet, la principale coalition de l’opposition a décidé d’annuler les manifestations prévues le 29 juin. Mais le pouvoir, lui, n’en a pas fini avec les « démons » de la divergence en son sein.

 


 

La journée s’annonçait mouvementée, mais aucun manifestant n’a finalement convergé, le 29 juin, vers la place de l’Obélisque, lieu emblématique de la contestation au cœur de Dakar. De fait, les leaders de Yewwi Askan Wi (YAW), la principale coalition de l’opposition, ont annoncé le report « à une date ultérieure » des manifestations qui avaient été interdites, la veille, par les préfets de Dakar et de plusieurs villes de l’intérieur du pays.

L’opposition semble vouloir jouer la carte de l’apaisement, répondant ainsi à l’appel de plusieurs autorités religieuses qui plaidaient en faveur d’une décrispation de la situation, alors que se préparent les festivités de la Tabaski, prévues le 9 juillet, et que doivent se tenir des examens scolaires de fin d’année. « L’autre raison qui a motivé ce renvoi, c’est que nous sommes aussi en période de pèlerinage [à la Mecque] », a affirmé Aïda Mbodj, députée et membre de YAW, s’empressant d’ajouter que ce ne sont pas « les interdictions des préfets » qui ont douché l’enthousiasme des manifestants.

Le 28 juin, Ousmane Sonko, principal opposant au président Macky Sall, avait déjà laissé entrevoir la possibilité d’un dégel. Dans une publication en français et en wolof sur sa page Facebook, le maire de Ziguinchor demandait « à tous les militants qui comptaient venir passer une nuit de veille devant [sa] maison d’y renoncer et à ceux qui sont déjà là de retourner se reposer chez eux ». « Je suis très touché par cet engagement, mais je les rassure : il n’y a rien à craindre ce soir, ni demain », ajoutait-il.

Prison avec sursis pour des élus

Ces annonces interviennent après que plusieurs figures de l’opposition ont été condamnées, en début de semaine, pour regroupement non autorisé lors des manifestations du 17 juin, qui ont fait trois morts. Le député Déthié Fall a ainsi écopé de six mois de prison avec sursis et Ahmed Aïdara, qui dirige la commune de Guédiawaye (banlieue de Dakar), d’un mois de prison avec sursis. La députée Mame Diarra Fam et 82 coaccusés ont en revanche été relaxés en raison « de faits insuffisamment établis ».

Les tensions sont vives entre le pouvoir et l’opposition depuis le 3 juin et la confirmation par le Conseil constitutionnel de l’invalidation de la liste nationale des candidats titulaires de YAW pour les législatives du 31 juillet. Cette décision revient à mettre hors course Ousmane Sonko, arrivé troisième à la présidentielle de 2019. Mais si Benno Bokk Yakaar (BBY, au pouvoir) s’est défendu d’instrumentaliser la justice et de contrôler les « sages » de la plus haute instance judiciaire du pays, plusieurs voix de la majorité présidentielle sont montées au créneau pour dénoncer le déroulé du processus électoral.

Divergences

De passage le 20 juin à Diourbel en pays mouride, Aminata Tall, l’ancienne présidente du Conseil économique, social et environnemental (Cese), a jeté un pavé dans la mare. « Ces législatives, vous pouvez les appeler comme vous voulez, mais ce ne sont pas des élections, a-t-elle déclaré face à la presse. Casser la logique des listes majoritaires et proportionnelles, puis décréter que l’une ne compétira qu’avec des suppléants et que l’autre ne le fera qu’avec des titulaires, ça n’existe nulle part dans le monde. Tout cela est dépourvu de toute logique élémentaire. »

Abondant dans le même sens sur le réseau social Twitter le lendemain, Mankeur Ndiaye, l’ancien ministre des Affaires étrangères, a salué « la lucidité et le courage politique » de sa « sœur femme d’État » tout en lui signifiant son soutien. « Travaillons pour les consensus pour la paix civile et des élections inclusives », a-t-il ajouté.

CES PRISES DE PAROLE SONT RÉVÉLATRICES DE CERTAINES DISSENSIONS AU SEIN DE LA MAJORITÉ

Des propos que d’autres membres de la coalition au pouvoir ont peu appréciés – Mankeur Ndiaye a d’ailleurs soutenu avoir reçu des injures et des menaces. « Les sorties médiatiques d’Aminata Tall et de Mankeur Ndiaye sont malheureuses et malhonnêtes. Ces deux personnalités institutionnelles et politiques montrent aux Sénégalais qu’elles sont de mauvaise foi, tacle Thierno Amadou Sy, cadre de l’Alliance pour la République (APR), le parti présidentiel. Mankeur Ndiaye doit tout à Macky Sall. Il a gravi les échelons jusqu’à devenir ministre. Et maintenant qu’il a fini son mandat aux Nations unies, il fait un peu d’agitation pour montrer qu’il existe encore. »

Quant à Aminata Tall, ses critiques à l’encontre du chef de l’État sénégalais révèlent un « manque d’élégance et de courtoisie [de la part de quelqu’un] à qui le président Sall a tout donné dans sa gouvernance depuis 2012 », vitupère dans une tribune un autre militant du parti au pouvoir. « Ces deux personnalités, quand elles étaient encore aux affaires, n’ont jamais rien dit, abonde un observateur de la vie politique locale. Pourquoi le font-elles maintenant ? Cela laisse penser qu’elles veulent juste se rappeler au bon souvenir de Macky Sall, alors qu’elles ne représentent plus rien politiquement. »

Aminata Tall, 73 ans, n’a plus en effet de fonction politique depuis qu’elle a été remplacée par Mimi Touré à la tête du Cese en 2019. Et Mankeur Ndiaye, 62 ans, s’était éloigné du devant de la scène pour embrasser une carrière internationale. Il a été nommé en 2019 représentant spécial du secrétaire général de l’ONU en Centrafrique, mais ses fonctions ont pris fin en février 2022. Contactés par Jeune Afrique, ils n’ont pas souhaité répondre à nos sollicitations.

Ces prises de parole sont malgré tout révélatrices de certaines dissensions au sein de la majorité présidentielle. Des dissensions sur lesquelles on ne souhaite pas s’appesantir dans le camp de Macky Sall. « Ils auraient dû faire preuve de responsabilités et faire part de leurs observations au chef de l’État uniquement, tance Mamoudou Wane, cadre du Parti socialiste (PS), formation alliée à la majorité présidentielle. Là, [Mankeur Ndiaye et Aminata Tall] ont tout faux. »

PUB