PUB

Ousmane Sonko ne varie pas d’un iota suite à ses propos tenus accusant Macky Sall de stigmatiser la Casamance. Le leader de Pastef ne regrette rien et demande à ses moralisateurs de se taire. Les propos du maire de Ziguinchor indiquant que le président Macky Sall « stigmatise la Casamance » ont provoqué une vague nationale d’indignations au sein de l’opinion. Beaucoup condamnent des propos électorialistes de la part du leader de Pastef

 

Ses propos ont suscité une vague de réactions au sein de la classe politique et de la société civile. Ousmane Sonko persiste et signe et souligne qu’il ne regrette en rien ces propos tenus lors de la présentation de condoléances des leaders de Yewwi Askan Wi à Bignona (Sud du Sénégal) aux familles de victimes de la manifestation du 17 juin dernier. Le maire de Ziguinchor avait soutenu que :  » Macky Sall a un problème avec la Casamance et les Casamançais. Depuis que le Sénégal est Sénégal, de Senghor à maintenant, il n’y a aucun Président qui a traité la Casamance de cette façon. Cette stigmatisation qui cible spécialement les fils de Casamance, en particulier, tous ceux qui ont un nom à consonance Diola, c’est vraiment trop ».
Ce dimanche, en marge d’une déclaration tenue à l’occasion de la fête de Tabaski, le maire de Ziguinchor a martelé qu’il défendrait les autres communautés avec la même hargne qu’il défend la Casamance. Mieux, il exige des moralisateurs de la République qui se sont indignés de sa sortie de « se taire » comme ils n’ont pas « le courage de dénoncer cette stigmatisation ».

« Mon ambition ce n’est pas de diriger la Casamance mais le Sénégal.  Donc sachez que personne ne peut me mettre en mal avec les Sénégalais. Ces pratiques dont la Casamance est victime, je les aurais dénoncées si ça concernait les foutankés, les baol-baol ou les saloum-saloum, avec la même rigueur », a-t-il fait savoir à qui veut l’entendre.  Il poursuit qu’en ce jour de fête qu’est Tabaski qui renvoie à la joie, malheureusement, regrette Ousmane Sonko  » ici en Casamance, il se trouve que des familles ne peuvent pas fêter comme toutes les autres », accuse-t-il.  Rappelant la mort des autres jeunes en Casamance, le maire de Ziguinchor constate que cela  » devient assez répétitif en Casamance. Mars 2021 à aujourd’hui, sept jeunes ont été tués parce qu’ils manifestaient sans arme encore moins avec pierre. D’autres ont été torturés et malmenés. Cela est inadmissible et il faut y mettre un terme. »  « Quand je parle de Casamance c’est au-delà de l’ethnie. Seuls les ignares pensent que la Casamance rime avec ethnie. Cette stigmatisation des Casaçais se manifeste par un ciblage par des arrestations dans les manifestations. A Dakar et ailleurs où les forces de l’ordre se permettent de traiter les ressortissants de Casamance de rebelles. Et pourtant, personne ne s’est indigné. A tous ces moralisateurs qui profitent de ma sortie (faisant allusion à celle de Bignona lors de la présentation de condoléances) pour se ruer vers les médias et décréter des propos d’une extrême gravité, je leur dis vos leçons vous pouvez les garder. Si vous n’avez pas le courage de dénoncer ces dérives extrêmement graves qui créent le malaise en Casamance, ayez au moins la pudeur de vous taire », exhorte-t-il.

Sonko donne l’antidote du 3e mandat

Ousmane Sonko s’est adressé à ses compatriotes sénégalais. Dans son message, il est revenu sur le débat autour du troisième mandat tant évoqué pour donner aux citoyens la clé pour freiner cet élan prêté à tort ou à raison au Président Macky Sall. Pour Ousmane Sonko, il suffit de voter massivement le 31 juillet et donner une majorité à l’assemblée.

Dianga DIA

PUB