PUB

Comme si le ciel compatissait ! Ce vendredi, il n’y a pas eu de Soleil, au propre comme au figuré”. En effet, le quotidien national n’est pas sorti hier. Jeudi dernier, les travailleurs étant en mouvement de grève pour dénoncer la mauvaise gestion de leur directeur général Yakham Mbaye. Le même jour, les travailleurs de la SSPP Le Soleil ont décidé de bloquer la parution du journal, pour exiger “le départ du Directeur général Yakham Mbaye”. Un fait inédit dans l’histoire de ce prestigieux patrimoine national, vieux de plus de cinquante ans.

Le collège des délégués n’entend pas abandonner le combat, tel qu’annoncé dans un communiqué de presse reçu hier à Infoscredibles. “Malgré l’arrestation et la libération des 11 camarades, la détermination n’a pas faibli. Les travailleurs ont passé la nuit au Soleil. Ils ont compris que l’heure est grave et il est urgent de libérer l’entreprise des mains d’un Directeur général aussi incompétent que véreux”.

Selon eux, “aujourd’hui, Yakham est de plus en plus esseulé”. En effet, entre jeudi et vendredi, “il a enregistré les démissions de quatre proches collaborateurs (Rédacteur en chef, Directeur adjoint des rédactions… entre autres)”. Cet acte fort de solidarité a d’ailleurs été magnifié par le collège. “Ils ont décidé de dire non à l’injustice, de renoncer à leurs nombreux avantages, non sans l’avoir rappelé à la raison, à plusieurs reprises”. Le mot d’ordre est clair. “Les travailleurs vont bloquer la parution du journal, tant que Yakham Mbaye sera à la tête de cette entreprise”. Le Collège et l’intersyndicale interpellent la plus haute autorité du pays. Il faut “sauver Le Soleil”.

L’histoire se répète

Par ailleurs, la non parution du Soleil ce vendredi n’est pas une première. En effet, à la fin des années 1970, Le Soleil n’était pas paru un jour, parce qu’on a voulu … affecter de force Alain Agboton, à Kaolack. Il avait refusé une décision arbitraire et opposé l’argument de sa maman malade sur laquelle il veillait. Bara Diouf s’est entêté, et le syndicat a fait face.

Le syndicat était composé de Pape Latyr Diagne, Alioune “Lune” Tall, Moustapha Touré Askia, Abdoulaye Ndiaga Sylla, Ibrahima Mbodje, Ibrahima Fall, Aliou Barry, entre autres. Senghor avait ensuite exigé le rétablissement de la situation immédiatement.

“Là où c’est intéressant, c’est que nous nous retrouvons dans la même situation d’injustice (plus exacerbée), mais pas en face de personnes qui ont le haut sens de l’Etat et la compréhension du statut du Soleil’’, indique-t-on.

PUB