PUB

YAW) sera déclarée irrecevable pour cause de non-respect de la parité, si l’on en croit le directeur exécutif de l’Ong 3D, Moundiaye Cissé…


Malgré les agissements et pressions de l’opposition pour pousser la Direction générale des élections à valider sa liste pour le département de Dakar, le directeur exécutif de l’Ong 3D, Moundiaye Ciss, affirme que la liste de Yewwi Askaan Wi sera déclarée irrecevable si celle publiée dans la presse et sur les réseaux sociaux est bien de cette coalition conduite par Barthélemy Dias dans Dakar.« Si cette liste est bien celle de Yewwi Askan Wi, alors elle est frappée d’irrecevabilité à Dakar », affirme Moundiaye Cissé qui rappelle au passage que, dans le code électoral, il n’est pas question de substitution parce que, dans ce cas, il y aurait des cacophonies au sein des listes. Il rappelle, à cet effet, l’article L.179 qui stipule qu’à la fin de toutes les opérations de contrôle et de régularisation éventuelles sur les listes de parrainage entreprises à la suite du dépôt matériel, soit soixante-seize jours avant celui du scrutin, la commission de réception procède, dans les cinq jours qui suivent, à l’analyse des dossiers pour les besoins de la recevabilité juridique. Le remplacement de candidats inéligibles, sans préjudice de l’ordre d’investiture, et la substitution de pièces périmées ou comportant des erreurs matérielles sont, le cas échéant, immédiatement notifiés au mandataire de la liste concernée. Celui-ci dispose de trois jours, à compter de la date de notification, pour y remédier, sous peine de rejet de la candidature concernée.

Selon le directeur exécutif de l’ONG 3D, il y a deux cas de substitutions dans le code : d’abord si un candidat est frappé d’inéligibilité, par exemple un candidat qui n’a pas encore 18 ans ou un magistrat. Dans ces deux cas spécifiques, on peut bien demander de faire un remplacement. Aussi, poursuit Moundiaye Cissé, quand on évoque un décès au niveau de l’article 185.

Dans le cas où, pour l’un des motifs énumérés à l’article L.178, le ministre chargé des élections estime qu’une liste n’est pas recevable, il notifie, par écrit, les motifs de sa décision au mandataire de ladite liste dans les deux premiers jours suivant le début de l’analyse pour la recevabilité juridique.

PUB