PUB

D’après le Quotidien « Source A », il est reproché à la Majorité qui l’a reconnu d’avoir déposé un trop plein de parrains à la Direction générale des élections. D’où, la saisine du Conseil constitutionnel qui est rattrapé par la jurisprudence Malick Gackou.

«La loi, très clairement, dit que le maximum, c’est 55327. Nous en avons ajouté un, au cas où. Et la loi est très claire. Si vous dépassez ce surplus, il est nul et non avenu», avoue, dans une vidéo virale, Aminata Touré, sans pour autant qu’on ne l’ait torturée. On ne sait pas quelle mouche l’a piquée, mais Mimi Touré reconnaît, au moins, que sa Coalition a déposé plus de parrains qu’il n’en faut à la Direction générale des élections.

Or, dans sa décision numéro 2/E/2019 rendue lors de la précampagne présidentielle de 2019, le Conseil constitutionnel avait relevé, expliquant le motif du rejet de la candidature de Malick Gackou, que la déclaration de candidature du président du Grand parti «est accompagnée des pièces énumérées à l’article L.116 du code électoral dont une liste de 67 842 électeurs l’ayant parrainé, présentée sur fichier électronique et en support papier, qu’il (Ndlr : Malick Gackou) a déposé un nombre de parrainages supérieur au maximum autorisé par la loi».

Le Quotidien « Source A » rappelle que pour justifier le caractère jugé irrecevable de la candidature de Malick Gackou, les sept sages étaient allés plus loin, en faisant comprendre, dans leur décision notifiée à l’intéressé, «qu’il résulte des vérifications auxquelles il a été procédé conformément aux dispositions de l’article L.120 du code électoral, qu’il (Ndrl : Malick Gackou) a obtenu, après régularisation, le parrainage validé de 52 911 électeurs domiciliés, à raison de 2000 parrains par région au moins, dans onze régions, qu’il (Ndlr : Malick Gackou) n’a pas obtenu le minimum de parrainages validés de 0,8% du fichier électoral exigé par la loi ». Par conséquent, le Conseil constitutionnel avait considéré «qu’il y a lieu de déclarer la candidature de Malick Gackou irrecevable.»

Macky va t-il faire un forcing ?

‘’Benno Book Yakaar’’ a donc des soucis à se faire, puisque les sept sages ont dit clairement, à travers cette décision, que le dépassement du nombre de parrainages requis est un motif de rejet d’une candidature. Ainsi, ce ne serait pas un scandale si les recours déposés par l’opposition au niveau du conseil constitutionnel pour invalider les listes de la majorité aboutissaient. C’est Aminata Touré et Benoît Sambou qui ont des soucis à se faire, pour n’avoir pas respecté, à la lettre, des dispositions de la loi sur le parrainage.

Reste maintenant, à savoir, si le Conseil constitutionnel disqualifiait ‘’Benno Bokk Yakaar’’, quelle posture Macky Sall et son régime prendraient ? Se satisferaient­ils d’une telle décision des sept sages ? Ou feraient­ils du forcing, comme quand Macky Sall avait, sous le régime de Me Abdoulaye Wade, forcé le passage dans un bureau de vote, pour accomplir son acte citoyen ? S’interroge le quotidien Source A

PUB