PUB

Le choc mondial de l’approvisionnement en engrais, aggravé par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, a entraîné une période de prospérité pour le Maroc, superpuissance phosphatière d’Afrique du Nord, et a valu au royaume un nouveau capital diplomatique.


Rabat utilise cet effet de levier, en particulier dans la lutte qui dure depuis des décennies pour le territoire désertique contesté du Sahara occidental, une ancienne colonie espagnole également revendiquée par les rebelles soutenus par l’Algérie, selon les analystes.

Le Maroc devrait enregistrer des recettes record pour la deuxième année consécutive, les agriculteurs du monde entier s’arrachant le phosphate, rendu rare par les sanctions contre le premier producteur mondial, la Russie, et l’interdiction des exportations chinoises.

Le phosphate est un ingrédient clé des engrais artificiels, qui sont vitaux pour l’agriculture industrielle et l’approvisionnement mondial en céréales, malgré les dommages à long terme qu’ils infligent aux sols et aux eaux souterraines.
«C’est un minéral stratégique pour l’avenir car il est crucial pour la sécurité alimentaire mondiale», a déclaré Abderrahim Handouf, expert en politique agricole.

«Avec la croissance démographique, les engrais sont le moyen le plus efficace d’augmenter la productivité des exploitations agricoles.»

Selon l’entreprise publique marocaine de phosphates OCP, le royaume contrôle environ 31 % du commerce international de cette substance.

L’OCP, qui détient le monopole national du commerce, est en passe d’enregistrer des recettes de plus de 131 milliards de dirhams (12,4 milliards de dollars) cette année, en hausse de 56 % par rapport à 2021, qui est déjà une année record.

PUB